Réduire simplement le gaspillage et les déchets en cuisine, c'est possible!



S’il y a bien un domaine pour lequel il y a matière à diminuer les déchets, c’est celui de la cuisine !

Si vous me lisez et que vous n’avez pas du tout démarré cette démarche, pas de panique ! Tendre vers une démarche (presque) zéro déchet est plus facile que ce que nous pouvons imaginer. Je le dis souvent, la première fois que j’ai entendu parler de Zéro Déchet, ma réaction a été de me dire que c’était impossible ! Et pourtant, quelques années après, le volume de notre poubelle de cuisine a sensiblement diminué pour passer d’une poubelle 30 L sorties 2 à 3 fois par semaine à une mini poubelle 2 L (vous savez les toutes petites poubelles de salle de bain) vidée 1 à 2 fois par semaine !


Même si je vais ici me focaliser sur la cuisine zéro déchet/zéro gaspi, notre démarche familiale est plus globale et s’inscrit dans un mode de consommation raisonnée. A la maison, nous consommons en priorité local et de saison et achetons au maximum direct producteur et en circuit court lorsque nous n’avons pas directement accès au producteur. Nous ne mettons que très rarement les pieds dans un supermarché. Contrairement à une idée reçue, cela ne coûte pas plus cher (bien au contraire) et nous ne passons pas notre temps à courir partout pour faire nos courses (voir mon article pour plus d’informations).


L’adoption d’une démarche presque zéro déchet en cuisine va s’articuler autour de 3 axes : acheter la matière première en vrac, oublier les plats tout prêts (ou livrés) et cuisiner maison et enfin faire preuve d’ingéniosité pour éviter le gaspillage !


Commençons par les achats en vrac.




Il est aujourd’hui très simple de trouver des commerces proposant des articles sans emballage. Si les supermarchés se limitent encore beaucoup à l’épicerie sèche, on peut tout de même trouver un grand nombre d’articles dans les boutiques spécialisées. Ainsi, armé de vos sacs en tissus et de vos bocaux, vous trouverez de tout dans un magasin sans emballage, de la farine à l’huile en passant par les épices et la moutarde par exemple ! Pour le frais (fromage, viande, charcuterie…) les commerçants acceptent de plus en plus que le client arrive avec son propre contenant (aussi bien sur les marchés, dans les commerces indépendants ou en supermarché).

Le plus difficile ici ne sera pas tellement de trouver les lieux pour faire vos achats mais plutôt l’organisation pour les contenants.

Voici comment je m’organise : j’ai cousu tout un tas de sacs en tissus de récupération que nous utilisons pour l’épicerie sèche (céréales, pâtes, riz, lentilles, quinoa…) et pour les fruits et légumes. Pour l’épicerie liquide (huiles, moutarde, pâte à tartiner…) ou pour les aliments solides en petite quantité (épice, levure) nous utilisons des bocaux en verre. C’est très pratique, et nous fait gagner du temps lors du rangement puisqu’il n’y a rien à transvaser ni de suremballage à jeter. Pour la crèmerie, j’achète le fromage à la découpe soit dans des boites en verre pour les fromages à pâte molle, pouvant couler, soit dans des sacs alimentaires de ma fabrication (voir ici) pour les fromages à pâte cuite (vous pouvez aussi utiliser des Bee wrap, mais personnellement j’aime moins parce qu’ils ne passent pas à la machine). J’achète du fromage blanc et de la crème fraiche en vrac dans des bocaux en verres de récupération (pots de confiture par exemple). Ne reste que le beurre et le lait pour lequel je n’ai pas trouvé de solution en vrac. Je réutilise chaque semaine mes boites vides pour les œufs au marché, mais c’est aussi possible dans de plus en plus de magasins. La viande, le poisson et la charcuterie peuvent aussi être rangés dans vos propres contenants en verre de préférence. Idem pour les plats préparés au rayon traiteur qui peuvent tout à fait être emportés dans vos contenants.


Si vous faites vos courses à pied, le poids des boites en verre peut être un problème que vous pourrez très facilement contourner en remplaçant votre sac de course par un petit chariot à roulettes digne d’une petite mamie ! J’ai acheté le mien 5€ sur Leboncoin il y a 3 ou 4 ans et il tient encore la route !

Au début il va vous falloir un peu de temps pour vous organiser, préparer vos contenants, anticiper sur la quantité… Il y aura des ratés, des oublis, vous rentrerez avec quelques emballages… Mais vous allez très vite trouver vos marques et cela deviendra un automatisme et, je vous le garanti, un gain de temps.


Maintenant que vous êtes un ou une pro de l’achat sans emballage, parlons de la cuisine ! De quoi avons-nous besoin pour cuisiner un maximum de choses ? Combien de temps allons-nous y passer ?



Au niveau du matériel, il y a tout d’abord à mon sens l’indispensable robot multi fonctions ! Il y en a beaucoup. Je possède un Thermomix TM5. Acheté il y a 4 ans ½ et plus qu’amorti malgré son prix élevé (mais finalement beaucoup de robots sont très chers). Il est devenu mon meilleur ami en cuisine. Avec lui je peux réaliser en très peu de temps des fonds de tartes, pâtes à pizza, pâte feuilletée, pâte brisée, pain, brioche… Bref, tout ce que je ne faisais que très rarement auparavant. Et comme il existe une multitude de recettes, je ne suis jamais à court d’inspiration. Dans mes indispensables j’ai aussi une yaourtière, un éplucheur de pommes (je fais beaucoup de compotes) et des tapis de cuisson réutilisables (j’ai un Slipat Demarle, en silicone et un autre tapis en fibre de verre mais je ne sais plus la marque). Après et bien il y a les plats à gratins, moules à gâteaux que j’ai pour la plupart depuis plusieurs années … J’essaie de ne pas multiplier les accessoires et de les faire durer le plus longtemps possible. Et enfin, de nombreux bocaux en verre et des sacs réutilisables pour la congélation (les mêmes que j’utilise pour les achats de fromage à la coupe).


Côté organisation, on entend souvent dire que pour éviter le gaspillage alimentaire, il faut prévoir ses menus à l’avance. Aussi, nombreux sont les adeptes du zéro déchet pratiquant le batch cooking (cette pratique visant à préparer le dimanche après midi tous les repas de la semaine et juste réchauffer au quotidien). Et bien pour ma part, je suis très mauvaise élève et ne pratique ni l’un ni l’autre ! En effet, prévoir mes menus à l’avance impliquerait une liste d’achats stricte. Cependant, comme j’achète mes légumes chez un petit producteur, je ne sais pas à l’avance ce que je vais trouver. Alors je fais l’inverse. J’achète mon panier de légumes et je réfléchis ensuite à mes menus. Cela me permet vraiment de cuisiner local mais aussi au gré de notre inspiration… Il n’y a cependant aucun gaspillage chez nous ! Le congélateur est toujours très heureux d’accueillir une courgette orpheline qui trouvera sa place dans un soupe pendant l’hiver ! Concernant le batch cooking, je n’ai tout simplement pas envie de passer mon dimanche après midi à cuisiner pour ensuite ne manger que des plats réchauffés… En revanche, je cuisine souvent en double quantité et congèle la suite pour plus tard. Cela fonctionne très bien pour le sucré ! Hop une grosse fournée de muffins ou de pancakes et j’en mets la moitié au congélateur. Pour le salé, nous cuisinons généralement le soir, en plus grande quantité que nécessaire, afin d’avoir des restes pour les midis et/ou pour ne pas avoir à cuisiner un soir de la semaine. Bien que nous ne fassions quasiment que du fait maison, je n’ai pas l’impression de passer mon temps à cuisiner !


Généralement, chaque jour, en plus du repas du soir, je prépare un « extra » : une à deux fois par semaine quelque chose de sucré pour les goûters des enfants (bien plus appréciés que des biscuits industriels), une fois par semaine des yaourts ou autres desserts lactés, en hiver de la compote et en été des sorbets ou confitures… Je fais également le pain, une fois par semaine, que je congèle ensuite. Avec mon robot magique cela ne prend pas beaucoup de temps ! Je ne pense pas passer plus de 45 minutes au quotidien en cuisine ! Bien sûr si nous nous lançons dans un plat plus élaboré, cela nous prendra plus de temps, mais c’est un temps que nous apprécions !


Enfin, et c’est là que cela devient vraiment intéressant, voyons comment vraiment réduire les déchets et le gaspillage en cuisine !

Nous avons bien entendu un compost, mais notre philosophie à la maison est de le remplir le moins possible ! Ainsi, nous recherchons toujours à optimiser au maximum les légumes ! Nous avons appris à cuisiner avec les épluchures pour certains légumes (comme les courges ou les carottes par exemple) mais aussi à cuisiner les fanes ou les cosses. Il existe de nombreuses recettes de veloutés aux fanes de radis ou de carottes ou aux cosses de petits pois ou de fèves par exemple. Généralement je les congèle pour les manger l’hiver, ce qui nous permet de varier les plaisirs ! Les queues de fraises deviennent un délicieux sirop et les épluchures de pommes de la confiture ! Les possibilités sont multiples et sur internet on peut facilement trouver des recettes !

Les fruits ou légumes qui commenceraient à s’abimer sont également congelés pour être utilisés respectivement en sorbet ou soupe. Les légumes congelés peuvent également servir pour préparer un « fond de légumes » maison qui viendra remplacer les bouillons de légumes emballés.

Le pain rassis est également précieusement conservé et quand nous avons une quantité suffisante, il est mixé et remplace la farine pour faire un gâteau ou des cookies par exemple !


Et pour finir, il y a les « déchets » qui peuvent être valorisés dans une fonction non alimentaire : c’est ainsi que les peaux d’oranges vont mariner dans le vinaigre blanc pour en faire un nettoyant multi-usage. Le marc de café peut au choix être utilisé comme fertilisant au jardin, mais aussi pour déboucher les canalisations et comme exfoliant pour le corps ! Les coquilles d’œufs peuvent être broyées et utilisées pour nettoyer un fond de casserole qui aurait accroché, mais aussi comme fertilisant au jardin.


Les eaux de cuissons peuvent aussi être réutilisées : l’eau bouillante est un excellent désherbant naturel mais permet aussi de déboucher les canalisations, l’eau de cuisson des œufs, une fois refroidie, sera très bonne pour arroser les plantes, l’eau de cuisson des pommes de terre permettra de nettoyer le sol et l’eau de cuisson du riz est un excellent produit de rinçage pour faire briller les cheveux !


En définitive, adopter une démarche anit-gaspi et zéro déchet en cuisine demande certes de l’organisation mais une fois rôdé, il n’y a rien de très compliqué et cela ne prend pas beaucoup de temps ! Avec un peu d’imagination les possibilités sont multiples ! N’hésitez pas à me laisser en commentaires vos astuces !


#zerodechet #antigaspi #zerowaste #zeroplastique #cuisinermaison #fairesoimeme

463 vues0 commentaire